Valckensy DESSIN dit K.Libr Né à Port-au-Prince le 23 janvier 1981,grandit modestement dans une famille chrétienne, dans la banlieue de Carrefour, au sud de la capitale d’Haïti. Très jeune, il s’initie à la musique, dans la chorale de l’église de son quartier.
K. comme « Konesans » (connaissance en créole haïtien) et L. comme Liberté, K.Libr est un artiste complet. Rappeur, chanteur soliste, producteur, compositeur, il vient récemment de créer son label, K.O.LABO Recordz.
Dès son plus jeune âge, il suit des cours de piano à l’école de musique le Mozartet des cours de guitare à la Musica. Diplômé de l’Université d’Etat d’Haïti (l’UEH), il a suivi une formation à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) au département des Sciences Sociales pendant trois ans (de 1999 à 2002). Il étudie aussi la Sociologie à la faculté des Sciences Humaines(FASCH, UEH) de mars 2007 jusqu’en janvier 2010.
La naissance et la montée du rap américain des années 80-90 ont eu d’importantes répercussions sur la jeunesse haïtienne. A cette époque, la Télé Nationale d’Haïti (la TNH) diffusait une émission vidéo Soul. A cet instar, trois mouvements se sont vus prendre forme, celui de Master Dji avec « Ayiti Rap’n Ragga », d’Original Rap Staff (O.R.S) et de Teddy Fresh.
C’est dans cette atmosphère que K-Libr, fut adapté du rap français et new-yorkais, fait ses débuts dans le rap, à l’âge de 15 ans. K-Libr fait s son premier intégration dans groupe « Power Staff » en juin 1997. Sujet à d’innombrables pressions et de difficultés en tout genre, il est souvent découragé par son entourage, notamment par son père, qui refuse définitivement son implication musicale. Mais il ne flanche pas. En 1998, avec son ami Jean Bernard Felissaint dit Ouragan, il réalise un premier album au sein de son deuxième groupe, « Soldiers ».
Il participe ensuite à l’album d’Izi-One sur trois titres. En 2000, il fonde avec Dèd Kra Z et Ouragan, le groupe Mystik 703, avec lequel il partage treize années intenses de carrière marquées par de grands événements. Des centaines de prestations en Haïti et à l’international, trois albums et huit vidéos clips émanèrent de cette union.
2002 fut considérée comme l’Année de la Renaissance du rap haïtien. K.libr forme alors le groupe « S.K.L.A.D » à Carrefour, avec ses condisciples de Mystik 703 et quatre autres rappeurs, dont le fameux Top Tchooko de O.R.S (Original rap staff), pionnier du mouvement rap haïtien. En 2004, il est « repêché » par le fameux producteur Joseph Johnny Célicourt qui le propose en featuring sur l’album «Vitamine » de B-12. En 2008, il participe à la mixtape « Envazyon vol 1 » réalisé par T-Ansyto, sur le titre « Test pas le flow ». En 2011, il édite un album en duo avec Ouragan : K.O (Duo hors catégorie). En 2012, déterminé plus que jamais à exporter son message et sa création un peu partout dans le monde, il s’est lancé en carrière solo et a édité son premier laser « Mes Tourments » qui est à la fois un maxi et une mixtape. Et en juillet 2012 suite à sa participation à l’appel de projet pour le programme de visa pour la création par l’Institut francais, il est retenu comme le lauréat de l’année 2013. Actuellement, il est en residence artistique à la Cité Internationale des Arts, pour réaliser son nouveau projet d’album.
K.LIBR a participé à plusieurs projets en tant que rappeur et/ou producteur avec entre autre son label K.O.LABO Recordz. Maintenant plus que jamais
Philosophie musicale
La touche et le style de K-Libr tend vers des influences métissées et variées. A en juger les albums sur lesquels il a travaillé comme beatmaker et producteur, on peut noter que sa composition musicale s’arc boute sur un jeu de drums et de percussions, avec des mélodies assez diversifiées. Souvent sur des accords mineurs, il propose une synergie entre le hip hop et d’autres genres musicaux, tels que le rock traditionnel, le roots et des rythmes du folklore haïtien. S’il fallait catégoriser son style, on pourrait parler de « World beat » ou de « Urban music ».
K.LIBR’ se distingue par sa qualité textuelle profondément enracinée dans son vécu et dans sa vision du monde. Assez versatile dans le choix et dans la façon de traiter ses thématiques, il s’écarte du vulgaire et du « gangsta rap » en alignant des jeux de rîmes remarquables en créole, en français et en anglais. Ses chansons sont ornées de métaphores, de calembours et d’enchainements multi syllabiques. Sur des teintes satyriques, la poésie de K.LIBR véhicule un message où la contestation et le désaccord s’orientent vers l’immoralité, l’injustice, la corruption, la discrimination raciale et sociale. Le romantisme, l’esthétique, la beauté féminine, la métaphysique, le respect de l’environnement et à l’occasion quelques touches « d’ego trip » sont aussi des sujets qui lui tiennent à cœur.
Le flow de K.LIBR se veut assez diversifié. Saccadé, hardcore, avec des punch lines, smooth, swingué, son empreinte vocale est scandée par son originalité. Sur scène, il est très énergique. Accompagné généralement d’un DJ, il sait se produire dans des contextes particuliers et s’adapte aisément à son public.
K-Libr propose différents formats deperformance artistique : dans des soirées lounge par exemple avec un guitariste, parfois un tambourineur. En live band accompagné de 5 musiciens. K-Libr entrevoit aussi une nouvelle forme de représentation scénique, en intégrant d’autres dimensions du Hip Hop (danse, projections, …) Quelque soit le contexte dans lequel il est invité, sa présence et ses interprétations ne laissent jamais le public indifférent.

(Visited 38 times, 1 visits today)